Cueillette sauvage de saison : végétale… et animale !

 

J’avais lu le livre Délicieux insectes, de Bruno COMBY, aux éditions Jouvence, et découvert ainsi l’intérêt de ces protéines animales.

Par la suite, nous avons pu goûter les sauterelles, attrapées à la main lorsque nous sommes assis dans un champ. Pour certains, elles avaient un goût de crabe !

Un de mes enfants a aussi goûté une coccinelle… qu’il a recraché de suite.
Les fourmis picotent à cause de l’acide formique qu’elles dégagent… pas très agréables !

Et tout dernièrement, j’étais en train de faucher de l’herbe, et je me retrouve avec plein d’œufs de fourmis accumulés sur une feuille. Je n’ai pas voulu en manger, et d’autres l’ont fait. Pour un des adultes, ils ont rappelé le goût du foie gras.

les oeufs de fourmi sont une source de protéine

Dans le livre est suggéré d’élever des crickets, délicieux et très bonne source protéinique. Ceci dit, dans la nature nous trouvons déjà pas mal d’insectes qui auront eu une vie sauvage !

Actuellement, nous trouvons dans le sud de la France, lors de nos ballades :

–         des mauves : les fleurs sont légèrement sucrées, et elles ont des vertus laxatives. Les feuilles se mangent au printemps ou en automne.

–         Les fleurs de poireaux sauvages (ou « ail sauvage » ou « Baragane ») : elles ont conservé leur goût ailé, tout en étant plus douces que l’ail.

–         Les noisettes de terre ou conopode : pas de confusion possible, elles sont seules à produire ces petits tubercules.

–         Des cerises acides ou griottes : petits fruits rouges à chair acide. L’arbre est aussi un excellent porte-greffe.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Au Laos, on mange de tout

Enfin, quand même pas… je suppose…

En tout cas, voilà quelques photos d’aliments plus ou moins insolites que ma mère avait ramené avec elle dans ses bagages lors de son voyage. Elle a pris ces photos quelque part entre Vang Vieng et Vientiane au Laos.

Du serpent

Des vers à soie

D’autres « bestioles »…

Mais on trouve également des aliments « exotiques » plus « conventionnels »…

Ce qui me questionne, c’est : pourquoi est-ce que certains peuvent nous sembler « dégoûtants » au prime abord alors que d’autres auraient plutôt tendance à nous faire rêver ?

Question de culture, sans doute. Il est tout de même dommage de classer les aliments en différentes catégories et de les juger… ainsi que de juger les goûts et les choix alimentaires de chacun !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Viande de bison

J’ai mangé cette viande de bison fraîche et, pour la première fois, j’ai pu tout manger sans avoir de problème de digestion ! (la ferme aux bisons, voir dépliant en photo)
Certains morceaux ont le goût du beurre (pavé,civet), c’est succulent !
Cela fait un an que je mange cru, il m’a fallu du temps quand même pour manger de la viande fraîche.
Samedi (10/12/2011) dernier, j’ai mangé du saumon frais qui était lui aussi parfait. (pas de problème de digestion).
Dans un sushi bar où le chef est un maître sushi qui sélectionne son poisson rigoureusement et uniquement frais ! (http://www.mooze.fr)
Par contre mon odeur corporelle était celle du saumon, véridique ! un jour après.

PROSPECTUS RECTO

PROSPECTUS VERSO

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS