Milo a 16 mois, et mange cru 100% brut !

J’ai commencé à manger cru à sa naissance. Il est allaité à la demande.
Le matin, quand il se réveille, il tète. Ensuite, il joue. Puis lorsque toute la famille passe à table pour le p’tit déj, il grimpe sur son escabeau. Quelqu’un lui enfile son bavoir… indispensable pour éviter les lessives en continu !! Sur la table nous posons plusieurs plateaux de fruits. Lui attend, observe, avance sa main et attrape un fruit. Ce n’est pas forcément le même que son voisin de table. Ensuite, il le porte à la bouche, sans enlever la peau. Puis il demande de l’aide pour éplucher une partie. Il apprécie de garder la peau au maximum sur le fruit. Il saisit le fruit et le tète. Mange plusieurs petits morceaux. Pour les noyaux, il en avale certains (ceux des chirimoyas par exemple), et en recrache d’autres (cerises, clémentine). Lors de ce repas, il va manger 1 ou 2 sortes de fruits. En quantité, il peut avaler 5 litchis, ou 2 clémentines, ou 1/2 banane.
Aussi, cela arrive qu’au lever il délaisse le jeu pour aller dans le placard chercher de la casse. Il suçote le bâton et recrache la membrane et les noyaux.
Lors du repas du midi, il procède de la même façon pour choisir, et va consommer par exemple : 1/2 chirimoya et 2 dattes, ou 1 fuyu et un peu de miel, ou 1 poire et des pommes séchées.
Pour le goûter, il se sert dans les placards, et je le vois de temps à autre avec des dattes, ou de la poire, etc.
Pour le dîner, nous posons à table un plateau de légumes. Suivra un plateau de protéines. Là, Milo aimait bien les concombres, et maintenant la mâche, la salade (plutôt les parties jaunes et croquantes), l’endive, les jeunes pousses d’épinards, et suçent les radis. Il va manger en quantité environ 1 feuille de salade de la taille d’une main d’adulte et 1 jeune pousse d’épinard. Il mange de temps à autre un peu d’avocat, 1 bout de durian quand nous en avons, quelques graines germées, l’équivalent d’1 petite cc de viande élevée le plus originellement possible (daim).
Quand il est dans le potager ou en cueillette sauvage, il expérimente : les champignons, les coccinelles, les fourmis, les herbes, etc. J’ai eu peur pour les champignons, alors j’ai observé discrètement, en ayant conscience de mes peurs. Il l’a goûté, recraché, passé à un autre, fait de même, et finalement n’en a ingéré qu’une infime partie, et sa digestion s’est très bien passée.
Aussi, cet été, il avait 10 mois, il se régalait d’1 figue à peu près lorsque nous partions en cueillette, et préférait celles qui avaient des petits asticots, plus tendres.

Auteure : Anonyme

Voir autres témoignages

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Témoignage enthousiaste

Devenir cru, c’est presque une affaire d’identité, de fierté, je me purifie tellement et je me rapproche tellement de la simplicité que j’ai envie de changer de vie, vraiment, partir dans un pays où je puisse manger dans cette simplicité là, je sens mon corps devenir libre et léger et mon esprit peut enfin se sentir lui aussi plus libre, mon cœur trouver la paix, envie de chasser, de vivre dehors, de me nourrir de ce que je trouve dans la nature, d’aller vivre dans les steppes mongol, dans les grands espaces, vivre parmi les éléments, fatiguée de cette civilisation, de tous ces artifices, de cette vie misérable dépourvue de sens où tous les gens s’agitent dans tous les sens, envie de sortir de ces dépendances matérielles pour aller vers l’authenticité.

Je me sens revivre et j’ai envie de partir, partir vivre une vie plus proche de la nature, de ma nature profonde, plus simple, plus humaine et dans des plaisirs simples.
Je me sens devenir plus instinctive, plus sensitive, plus paisible et plus en accord avec mon esprit, car déjà ma manière de manger est plus cohérente avec ma façon de voir les choses alors je me rapproche de moi-même.

C’est vraiment curieux et puissant comme expérience de manger cru, je ne pensais pas que ça transformerait autant de choses dans mon esprit, le cru c’est aussi une transformation de mon esprit.

Auteure : Carine N.

Voir autres témoignages

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

La saison des noisettes et autres oléagineux est venue

La cueillette de noix, noisette et châtaigne en ce moment est excellente. Cela permet de faire de belles ballades en forêt, notamment en Alsace où il y a une forêt essentiellement constituée de châtaigniers, il suffit de se baisser pour les ramasser sans la coque épineuse en grande quantité (plusieurs kg). Eh oui la châtaigne peut se manger crue.
Voir ci-dessous :

Le Livre des subtilités des créatures divines: physique, Volume 2,  Par Sainte Hildegarde

Traité de la châtaigne. Par Antoine Augustin Parmentier

Je n’aime pas la châtaigne pour le moment, ayant une préférence pour la noix (il existe une noix géante « noix bijou » voir photo) et la noisette. Les noix que j’ai ramassées sont issues de vergers abandonnés. Les noisettes viennent d’un jardin d’amis (d’ailleurs, quelques unes ont une belle taille. Voir photo).

Plus d’information sur les oléagineux :

La noisette : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noisette
La noix : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noix
La châtaigne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2taigne
Autres oléagineux : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ol%C3%A9agineux

Cordialement

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS