Analyse métaux lourds 2012

Voici mes analyses de métaux lourds qui datent de janvier 2012. Dans un premier temps, je souhaitais pas les mettre en ligne car il est délicat d’interpréter les informations de ces analyses, qui sont la copie de la copie, avec des valeurs usuelles non communiquées ! C’est vague…

J’ai envoyé un courriel à Biomnis pour demander un document (en numérique) plus lisible : aucun retour !
Ces analyses sont hors nomenclature (le laboratoire qui m’a fait la prise de sang a dû me rappeler pour faire d’autres prises de sang complémentaires, car la procédure est spéciale ! Ces analyses sont rares !), en plus elles ne sont pas remboursées !

Pour tester le mercure, il y a le test des porphyrines urinaires. Et il y a un test mercure qui teste les vapeurs de la bouche !

« Mercure dentaire – La France opte enfin pour l’interdiction »

Que Choisir Santé, novembre 2012

Que Choisir Santé indique en effet que « le 28 juin 2012, la Direction générale de la santé court-circuite l’Agence nationale du médicament (Ansm) et reconnaît que « compte tenu des préoccupations environnementales et des questions émergentes relatives aux conséquences de la multi-exposition et aux effets des faibles doses, […] les autorités françaises ne s’opposent pas à une suppression des amalgames au mercure ». Le magazine remarque que « ce revirement est une avancée majeure car la France, qui consomme un tiers des amalgames de toute l’Europe, demeurait le seul pays européen à s’opposer officiellement à leur remplacement. Le mercure, interdit de poubelle, continuait à être recommandé pour les dents des Français à raison de 17 tonnes par an ! ».
Que Choisir Santé observe que « depuis plus de 10 ans, les preuves de toxicité s’accumulent et plusieurs pays l’ont interdit (Norvège, Danemark, Suède). La position de la France bloquait toute avancée réglementaire européenne et, par un effet de cascade, la réglementation mondiale ».
« D’après Marie Grosman, biologiste et conseillère scientifique de l’association Non au mercure dentaire, les médecins français sont peu formés à l’intoxication au mercure qui, selon l’association, serait pourtant impliquée dans de nombreuses pathologies telles que maladie d’Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, maladies auto-immunes, syndromes dépressifs, syndromes de fatigue chronique, hyperactivité, etc. », souligne la revue.

A visiter :
http://www.filariane.org/intoxication-aux-metaux-dits-lourds.html

Autre documents :

Guide cosmetox

REACH

Voir ci-dessous mes résultats :

DOSAGE DES METAUX LOURDS SANGUINS

Analyse Argent Analyse Etain Note honoraire Biomnis 2011 Analyse Cuivre Zinc Analyse Mercure

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS